SEMA l'heure où Soeur Emmanuelle nous quitte, ayons une pensée émue pour celle qui fut professeur de français pendant quelques années au Collège Notre Dame de Sion à Tunis, avant de rejoindre "ses petits chiffonniers" en Égypte. Cet établissement avait la particularité d'accueillir ensemble des élèves chrétiennes, juives et musulmanes.

De cette époque (dans les années 50) Soeur Janine, appartenant également à la Communauté de N.D. de Sion, se souvient de "sa collègue" déjà très engagée auprès des plus humbles et notamment envers les petits  tunisiens défavorisés.

J'ai eu le plaisir de m'entretenir, hier soir, avec Soeur Janine témoin de cette période, qui réside maintenant à Nabeul, près d'Hammamet, et qui a accepté spontanément et très aimablement de me confier quelques souvenirs : "Pour ma part je garde surtout le souvenir de la joyeuse originalité de notre Emmanuelle. Cela a été peut-être une lointaine préparation à la situation qu'elle allait rencontrer au Caire".

Soeur Janine avec deux autres de ses collègues de la communauté oeuvrent toujours activement au sein de l'association tunisienne "La Voix de l'Enfant" pour venir en aide aux enfants abandonnés ou hospitalisés mais également auprès de jeunes d'un quartier "marginalisé".

Je remercie également Monseigneur LAHHAM, Évêque de Tunis, qui m'a guidé  ... vers Soeur Janine à Nabeul.

Photo saisie sur le Net (Archives Ouest-France).